CHRONOLOGIE IFITS M.Caire

Chronologie IFSI

1946 (novembre). L'Ecole Supérieure d'Infirmiers et d’infirmières des hôpitaux psychiatriques ouvre à Maison-Blanche, avec 13 élèves. Le docteur Simon et Mme Beaudoin, monitrice, puis en 1947 Mlle Beslier, infirmière DE panseuse de salle d’opération, sont chargés de l'organisation. Théodore Simon [né le 10 juillet 1873. Médecin-chef du service de l’Admission en 1930, médecin-directeur de l’HHR en 1936, retraite à 62 ans. Créateur de la psychométrie avec Binet, Test (Alfred) Binet-Simon, échelle de mesure de l’intelligence. Fondateur et rédacteur de L’Infirmier Psychiatrique, mensuel publié de 1953 à 1958] son fondateur, en est le directeur technique jusqu’en 1957 (son suppléant de 1955 à 1957 est le docteur Mignot), et y enseigne de 1946 à 1955. C’est le docteur Porc’her, puis Hubert Mignot, qui lui succèderont comme directeur technique.

L’« Ecole des Petites Blanches » (terme utilisé dans le Rapport moral 1948) est installée dans un des pavillons de tôle d'acier de la 3ème section, le pavillon « 3/2 », devenu plus tard l’unité de soins « 32 », où se tiennent les cours, se prennent les repas, se trouve un internat pour les filles (les jeunes gens dorment à Ville-Evrard).

Il s'agit de la première école spécialisée en France, proposant une formation spécifique aux infirmières en psychiatrie.

L'admission se fait sur concours, avec épreuves écrites et orales. Les candidats sont âgés de 18 ans au moins à 25 ans au plus. Le régime de l’internat gratuit est accordé aux élèves se destinant aux établissements dépendant de la Préfecture de la Seine (engagement de six ans) : nourri-logé-blanchi avec fourniture du trousseau et indemnité mensuelle, visites et sorties uniquement le samedi après-midi et le dimanche, accord de la famille si âgé de moins de 21 ans.

Longtemps appelée « Ecole des Bleues » : « Les bleues » tiennent leur nom de l’uniforme utilisé pour les déplacements lors des stages extérieurs, cape bleue-marine et voile bleu pour les filles, capote bleue-marine pour les jeunes gens.

1948 (23 avril). Inauguration, sous la présidence du ministre de la santé publique, Mme Germaine Poinso-Chapuis, qui fut la première femme ministre en France [ministre de la Santé publique et de la Population dans le premier gouvernement de Robert Schuman du 24 novembre 1947 au 26 juillet 1948].

[sur le web, photo avec légende : « Discours de la ministre MRP de la Santé publique et de la Population Germaine Poinso-Chapuis du gouvernement Robert Schuman 1 à Flottemanville début 1948 »]

1948. Le Certificat supérieur de Spécialisation des Hôpitaux Psychiatriques créé par arrêté ministériel du 23 juillet 1948, est un Diplôme d'Etat, qui sanctionne deux années d'études. L’Ecole Supérieure d’Infirmière de Maison-Blanche ou ESIMB porte bien son nom, même si, officiellement, elle se nomme « des hôpitaux psychiatriques » (Préfecture du Département de la Seine), qu’il s’agit d’une école départementale et non hospitalière (même si c’est le directeur de MB qui en est le directeur), et qu’elle forme des infirmiers et infirmières des hôpitaux psychiatriques de la Seine.

1955. Sur la liste des professeurs de l’école, on peut lire que Théodore Simon a été directeur technique et a enseigné (la psychologie, l’anatomie et l’obstétrique) de 1946 à 1955. Il est à noter qu'en 1955, Simon était âgé de 82 ans.

1957. Sur une brochure, photos d’une salle de cours, élèves en blouse, les jeunes filles coiffées d’un voile blanc

Dans le programme des cours 1957 figure les « soins aux aliénés », qui concorde avec l’opinion de Théodore Simon sur la terminologie, qui regrette l’abandon des vieux vocables, déplorant que psychiatrie remplace aliénation, qu’hôpital psychiatrique remplace asile : « C’est qu’il savait bien que les choses ne changent pas au gré des dénominations. Mais sur un point il était intraitable et clairvoyant, il disait asile, aliéné, mais il disait infirmier et jamais gardien. » (Daumezon, 1961)

1963. Construction d’un bâtiment devant répondre aux besoins de formation du personnel du département de la Seine, regroupant le foyer, le self, l’école des hôpitaux.

1963 (septembre) Déménagement du pavillon 6-3/2, ouverture de l’école dans ses nouveaux locaux, ce qui permet de réaffecter le pavillon 32 à l’accueil des malades.

1965. Entrée comme élève infirmière de Mlle Bothorel

1966. Départ de Mlle Louise Beslier (née le 23 août 1903), monitrice, puis directrice. L’école supérieure départementale est dissoute. L’école Théodore Simon ouvre ses portes, avec le docteur Trillat et 6 monitrices, dont Mme Boscagli

(1969. L'arrêté du 12 mai modifie l'appellation d'infirmiers psychiatriques qui deviennent infirmiers de secteur psychiatrique

1974. Séparation foyer / centre de formation

1975. La responsabilité des écoles d’ISP est confiée aux professionnelles elles-mêmes, Mme Boscagli prend la direction assistée d’un conseil technique

1976. Création du self

1978. Mise en place d’un tronc commun des formations DE et psychiatrie. Passage à 2 ans et demi de formation

1979 (1er trimestre). Après 14 ans passés au Centre de Formation (10 ans comme monitrice, 4 comme directrice), Mme J. Boscagli quitte l’école pour un poste de surveillante chef dans le service du docteur Gourévitch. Mme Garnier lui succède. En janvier 1981, on annonce que Mme Boscagli, reçue 1ère avec félicitation du Jury au Concours d’Infirmière Générale, prendra ses fonctions à MB après son stage à l’Ecole de Rennes. Fin 1995, départ en retraite.

1991 (27 septembre). « Journée des Bleues » à l’IFSI.

1992. Entrée de la première promotion d’infirmières DE (1992-1995) : formation unique, programme et diplôme uniques.

1995 (13 février). Ouverture d’une école d’aide-soignante à l’ « Institut de Formation » en Soins Infirmiers Théodore Simon : préparation au CAFAS (Certificat d’Aptitude à la Fonction). L’année suivante, le CAFAS devient le Diplôme professionnel d’Aide-Soignante.

1996. Création de l’Association ADN (activité par la détente et la nouveauté) au sein de l’IFSI (Mme Garnier, membre d’honneur).

1996 (14 novembre). Cinquantenaire de l’école Théodore-Simon, « au bout de la rue Théodore Simon ».

1997. Regroupement et fusion des écoles des Hôpitaux de Montfermeil et de Maison-Blanche : IFSI inter-hospitalier Maison Blanche-Montfermeil. Changement de statut juridique pour ce nouvel institut inter-hospitalier, avec création d’un Groupement d’Intérêt Public (GIP).

1998 (1er septembre). Début de la formation des élèves ambulanciers (28 septembre : rentrée des étudiants en soins infirmiers et des élèves aides-soignants + préparation aux concours).

2005. Agrément Erasmus permettant aux formateurs des échanges intra-européens.

2006. Décentralisation (la loi du 13 août 2004 transfère aux conseils régionaux la compétence des formations sanitaires et sociales, et donc le fonctionnement des écoles et instituts paramédicaux) (La Lettre n°12). Financement par la région IDF, mais reste sous la tutelle du ministère de la santé pour les programmes et les diplômes.

(en 2007). Etudiants infirmiers, étudiants infirmiers anesthésiques, élèves aides-soignants, élèves auxiliaires de puériculture, élèves ambulanciers, élèves auxiliaires de la vie sociale + classes préparatoires. Partenariat avec l’Université de Marne-la-Vallée et l’Université de Paris XIII, avec création d'un DU.

2011 (mai). Mme Garnier est nommée Chevalier de l’Ordre du Mérite

L'IFITS, le plus important institut de formation francilien (hors AP-HP), accueille 1000 personnes par an.

MANUEL TECHNIQUE DE L'INFIRMIER EN PSYCHIATRIE 1949

1° femme ministre , inaugure école en 1948

merci à Alexandre Klein

La photo montre Théodore Simon (assis avec les lunettes et la barbe) et Alfred Binet (debout) testant des enfants à l'École de la Grange aux belles à Paris,photo Archives de la Société Binet-Simon